Cet homme n’a pas pu mobiliser son corps pour cause de paralysie, grâce au premier traitement avec la cellule souche, il pourra enfin profiter de ses membres supérieurs – Recettes en Famille

Cet homme n’a pas pu mobiliser son corps pour cause de paralysie, grâce au premier traitement avec la cellule souche, il pourra enfin profiter de ses membres supérieurs

by Emma

Les cellules souches opèrent efficacement et deviennent un centre de l’étude scientifique pour seconder les cellules lésées. L’Université de Californie du Sud USC a découvert en 2016 un succès durant l’expérience avec un homme paralysé. Cette bonne nouvelle est reprise par Ouest-France, le 20 Minutes ainsi que le site Pourquoi Docteur.

Suite à un accident de voiture d’un jeune homme de 21 ans, nommé Kristopher Boesen, il a eu un choc violent au niveau de la colonne cervicale. Par conséquent, le jeune homme et ses parents ont appris tout en étant désespéré qu’il ne pouvait plus utiliser ses membres pour cause d’une paralysie permanente.

Expérimenter les cellules souches dans les traitements

Kristopher est devenu paralytique, ainsi il a voulu participé à une expérience de quelques experts qui se sont focalisés sur le traitement des cellules endommagées, notamment de la moelle épinière. Le centre national de rééducation Rancho Los Amigos et Keck Medicine de l’USC a collaboré avec ce groupe de médecins durant ce procédé et ils ont utilisé 10 millions de cellules souches neurales durant le traitement de Kristopher.

D’après Charles Liu, le directeur de la recherche « les patients souffrant de lésions de la moelle épinière subissent une intervention chirurgicale qui stabilise la colonne vertébrale, mais ne fait généralement que très peu pour restaurer la fonction motrice ou sensorielle ». Par le biais de cette recherche ayant été menée, les experts ont l’espoir de promouvoir la mécanique neurologique afin que les patients atteints de paralysie puissent bénéficier d’une condition meilleure.

Et le résultat s’est avéré favorable pour Kristopher, le premier volontaire. Il a pu s’immobiliser davantage avec son fauteuil roulant par lui-même. D’ailleurs, il est possible pour lui de manier son téléphone de nouveau, de manger seul, après le choc. La convalescence du jeune homme est suivie de près tout en évitant qu’il soit submergé dans une déception. Dans le trimestre qui suit la thérapie, il a pu se mobiliser encore mieux.

Kristopher a reformulé « Tout ce que je voulais depuis le début, c’était une chance de me battre ».

Préalablement à cet accident, il est amateur des voitures de sport et poursuivi des formations pour entamer le métier de courtier en assurance vie. Malheureusement, suite à cela, il a n’a plus poursuivi ses activités quotidiennes, mais il garde toutefois la foi de vivre une vie meilleure. Il a formulé « S’il y a une chance pour moi de marcher à nouveau, alors diable, oui ! Je vais faire tout mon possible pour ça. » Durant une année, les médecins ont fait des suivis afin de vérifier de près son amélioration.

L’expérience suite à l’invalidité

Suite à un endommagement musculaire ou encore du système nerveux, le patient ne peut plus bénéficier de la mobilité de ses muscles, on dit qu’il est paralysé. Puisque le système nerveux est un pilier activant la mobilisation corporelle, lorsqu’il est lésé, cette aptitude est perdue. Les gens ayant subi un choc et qui devient hémiplégique traverse un moment profondément accablant du fait de leur réalisation que c’est l’avenir en entier qui s’effondre à cause d’un accident. Ainsi, il perd tout de même leur indépendance.

D’ailleurs, ils sont battus du côté psychique. Immergé par la sensation de la honte, de la peur et de la déception mais en même temps une détermination à faire la lutte afin de se rétablir. De ce fait, les gens handicaps nécessitent la plupart des cas, une rééducation émotionnelle à cause du choc afflictif.

[sc name=”Suivant”]

Partagez dans vos réseaux sociaux!

Send this to a friend