Après avoir été opéré, l’infirmière a serré cet enfant de 5 ans dans ses bras – Recettes en Famille

Après avoir été opéré, l’infirmière a serré cet enfant de 5 ans dans ses bras

by Emma

Apprendre qu’on subira une chirurgie est loin d’être agréable, du moins lorsqu’il s’agit d’un enfant de bas âge. Effectivement, cet enfant sera dans l’obligation de quitter son confort, sa sécurité et même ses habitudes dans la vie de tous les jours. En effet, il doit passer quelques moments dans un endroit qui ne lui est pas familier sans parler de la crainte vécue. Tel est le cas de ce petit garçon âgé de 5 ans. Après avoir subi une opération chirurgicale, le jeune garçon a pris connaissance et l’infirmière lui a serré très fort dans ses bras. En fait, il était effrayé en a commencé à chercher sa maman. Heureusement qu’il est entre de bonne mains en ce moment-là pour avoir la consolation dont il avait besoin.

Le garçon en question répond au nom de Slade Thompson, 5 ans. Il a fait l’objet de deux opérations chirurgicales espacées de quelques mois. Après la deuxième opération, il s’est réveillé et avait vraiment peur, larmes aux yeux mais il n’y avait personne à ses côtés. Instantanément, une infirmière de l’hôpital de la Pennsylvanie, lieu de l’opération s’est approchée de lui pour le serrer dans ses bras, selon le rapport de Daily Mail.

L’accueil chaleureux a fait le tour du web

L’opération chirurgicale n’est pas une première expérience pour Slade puisqu’il s’est déjà fait opérer au sein du même établissement quelques mois auparavant. Il a subi une première intervention en raison de sa démarche qui devrait être rectifiée.Avant d’être opéré, il utilisait ses orteils pour marcher au lieu des pieds. Et pour cause, il avait un tendon d’Achille trop serré et les professionnels de santé se chargés de rallonger les tendons de ces deux jambes. Il a alors passé deux mois en fauteuil roulant avant de pouvoir marcher.

Pour ce qui est de la seconde opération, cela concerne l’ablation des amygdales et les végétations adénoïdes. Résultat ? L’opération a connu un succès et après cela, il a commencé à se réveiller. Lorsque l’effet de l’anesthésie s’est ramolli, il a ouvert ses yeux et a été effrayé puisqu’il ne voyait pas sa maman à proximité. Le petit Slade a lors pleuré mais heureusement qu’Annie Hager, infirmière de l’hôpital de Pennsylvanie était présente pour le serrer dans ses bras.

En entrant dans la salle hospitalière, Layla, la mère de Slade est vraiment ahurie se la scène qui faisait chaud eu cœur. En effet, la gentille infirmière est en train de serrer son enfant dans ses bras afin de lui réconforter, que la maman ne pouvait pas se passer de partager l’image avec les proches. Le cliché a promptement été partagé partout sur les réseaux sociaux.

Selon l’infirmière qui a pris soin de Slade,« Les enfants ne se réveillent généralement pas très heureux de l’anesthésie ». Et puisque la maman n’était pas à ses côtés, l’enfant a demandé un câlin à cette infirmière qui n’a pas hésité de se montrer empathique. Selon l’hôpital, ce sont les infirmières comme Annie qui sèment un bout de bonheur aux patients du fait de leur empathie et de leur compassion.La maman a ensuite offert un cadeau et un câlin affable à l’infirmière pour ce qu’elle a fait à son enfant.

« Ce petit garçon a touché mon cœur et les paroles et actions gentilles de sa maman m’ont fait monter les larmes aux yeux deux fois maintenant », peut-on lire dans le témoignage d’Annie via son profil Instagram.

Par ailleurs, le plus étonnant est que cette infirmière étaitcensée rester en congé ce jours-là mais elle a été contactée par manque de personnel dans le centre de soin. Sans doute, elle a pensé que le destin a voulu la réunir à son ami Slade.

Quid de l’empathie dans la vie professionnelle ?

Etre soignant demande de plus d’empathie afin de faciliter les liens de confiance entre le personnel de santé et le patient. De plus, il est indispensable de rester attentif et soucieux du détail afin de mieux comprendre la demande de l’autre. D’ailleurs, ces prédispositions font partie de l’approche des infirmiers. Dans ce sens, l’utilisation des mots rassurants est de mise, ainsi que l’expression de la bientraitance, de la communication tout en ôtant toute forme de jugement et de prôner l’écoute active. Mais Geneviève Laüt, auteure et formatrice, affirme que des fois, la communication peut être laissée de côté en raison des tâches chargées et de l’impuissance des soignants face à certains casvraiment alambiques.Les personnels soignants évitent parfois la relation entre eux et les patients pour se protéger des émotions douloureuses.

Partagez dans vos réseaux sociaux!

Send this to a friend