Addictive au talc bébé, cette femme mange une valeur de 8000 euros depuis 15 ans – Recettes en Famille

Addictive au talc bébé, cette femme mange une valeur de 8000 euros depuis 15 ans

by Emma

Connu sous le nom de syndrome de Pica, le patient de celle trouble comportemental se manifeste par une addiction aux corps non comestibles  et dépourvu de nutriments. Lisa Anderson est atteinte de cette maladie ahurissante comme le rapporte New York Post.

Depuis plus d’une décennie, la femme qui répond au nom de Lisa Anderson consomme du talc tous les jours. Au fil de temps, le trouble ne fait qu’amplifier à un point où elle ne peut pas avoir des nuits de sommeil tranquilles.

8000 euros dépensés pour des boîtes de talc pour bébé

Après avoir évalué les sommes consacrées au talc, elle s’est aperçue des dépenses faramineuses durant toutes ces années. La quarantenaire aurait commencé cette habitude il y a 15 ans de cela, au moment où elle était en train de sécher son fils après le bain.

Depuis ce jour, elle rend visite la salle de bain pour mettre une dose de talc sur la main et elle a par la suite commencé à y revenir toutes les 30 minutes. En une journée, elle en consomme une boîte de 200 grammes. Il arrive même de se réveiller en pleine nuit pour assouvir sa voracité. Les entourages voient une gourmandise rarissime mais cela cache en réalité un trouble du comportement alimentaire comme le relate le journal new-yorkais.

Elle adore la saveur savonneuse du talc

Lisa est bien consciente de l’étrangeté de son habitude, mais elle admet en même temps que le goût similaire à celui du savon, elle l’apprécie singulièrement. En 2004, elle a commencé à éprouver ce désir, après l’accouchement de son cinquième bébé. Lorsqu’elle lui donnait un bain, le pot de talc était un poussiéreux et elle était bizarrement attirée par cela. « Il y avait un peu de poussière qui émanait du haut du pot. J’ai eu cette envie soudaine de le manger et je ne pouvais tout simplement pas la combattre » peut-on lire dans sa version. Puis d’ajouter : « c’était vraiment satisfaisant  ».

Des complications face à cette addiction

Elle ne tient pas plus de deux jours sans goûter de son « aliment préféré » et c’est le pire moment qu’elle a vécu durant toute sa vie. En sus, elle raconte que cette tentation ne s’est jamais produite lorsqu’elle a accouché de ses quatre précédents bébés. L’addiction est plus forte qu’elle puisqu’en lieu public, où elle ne peut pas consommer de talc, elle réserve des bonbons à la menthe très forts qui rappellent la consistance blafarde de la poudre de talc.

Un syndrome de Pica

Bien qu’elle ait essayé de cacher cette habitude de vie, son ex partenaire l’a décelé et a consulté l’avis d’un médecin. Après avoir effectué des diagnostics médicaux, le professionnel de santé a déclaré que Lisa aurait le syndrome de Pica. Cette pathologie se manifeste par  une compulsion à consommer des corps non comestibles. De plus, la mère de cinq enfants souffre tout de même de trouble obsessionnel compulsif ainsi que d’une carence en fer. Une personne qui manque de fer peut manifester 9 signes particuliers.

C’est quoi la maladie de Pica ?

Le syndrome de Pica se manifeste par l’addiction à des corps non nutritifs et non comestibles et qui persistent au-delà de quatre semaines. Cette pathologie est considérée comme un trouble du comportement alimentaire, similaire à boulimie et  à l’anorexie. Cette définition est souvent remise en question, comme le précise le Dr Stéphane Clerget qui remet en question la convenance de cette détermination. Cela étant dit, le spécialiste affirme que les substances consommées par les patients du syndrome de Pica ne sont pas classées au même titre que les aliments. De manière générale, les patients peuvent consommer des craies, de la terre, de la poussière ou des cailloux, etc.

Par ailleurs, la trichophagie, une maladie où le patient se fait arracher ses propres cheveux pour les manger ensuite, est tout de même classée à la même catégorie que cette pathologie. Tel est le cas découvert par des médecins en Russie. Ils ont décelé près d’un demi-kilo de poils dans l’estomac d’une fille qui en a consommé puisqu’elle est atteinte de cette maladie. Gardez à l’esprit que le syndrome de Pica ne se manifeste pas avant l’âge de 2 ans et les enfants de bas âge peuvent mettre dans sa bouche n’importe quel objet. Selon le Dr Clerget, 50% des cas auraient une liaison à des troubles psychologiques.

Les effets délétères au syndrome de Pica

Les personnes qui souffrent de ce syndrome subissent probablement de ses effets nocifs. Pour le cas de Lisa, l’inhalation ou l’imprégnation l’expose au risque de développer des complications respiratoires, à en croire au tabloïde du site de la US National Library of Medicine. Ainsi, la personne est sujette à de la toux, des diarrhées, à des vomissements et à d’autres signes cliniques. Quand il s’agit d’objets tranchants, il est fort probable que le sujet subisse une perforation du tube digestif ou encore de l’une occlusion intestinale, comme le relate le Dr Clerget. Ce n’est pas tout, le sujet pourrait pâtir d’une dénutrition et de carences.

Partagez dans vos réseaux sociaux!

Send this to a friend