A ses 117èmes anniversaires, la Sœur André, doyenne des Européens a été guéri du coronavirus – Recettes en Famille

A ses 117èmes anniversaires, la Sœur André, doyenne des Européens a été guéri du coronavirus

by Emma

A tout âge, les patients peuvent combattre le Covid-19. En cause, Sœur André fait partie des personnes qui en sont sorties vivantes. La doyenne des Français et des Européens, résidente dans un Ehpad à Toulon, a été testée positive à la maladie mortelle le mois de janvier. Cependant, à quelques jours de son 117ème anniversaire, elle a guéri de la maladie, comme le précise France 3.

Selon la statistique mondiale, le coronavirus a fait près de 107 millions de contaminés et 2,3 millions de morts, sans parler des séquelles qui ont dégénéré la vie de tout le monde. Heureusement que certains faits apaisent cette rude épreuve en apportant une lueur d’espoir en pleine pandémie. C’est le cas de Sœur André, religieuse gardoise et vice-doyenne de l’humanité qui a guérit de la maladie.

Le 16 janvier, son test était positif

Originaire d’Alès, Sœur André est aussi connu sous le nom de Lucile Randon. La femme de 116 ans, résidante à l’Ehpad Sainte Catherine Labouré à Toulon, a été déclarée positive au coronavirus le mois de janvier. Ce qui a rendu son cas spécifique, c’est qu’elle n’avait aucun signe de Covid-19, par opposition à Ada Zanusso, une femme âgée de 104 ans qui était aussi sortie indemne de la maladie en Italie. Cependant, cette femme Italienne s’est trouvée affaiblie par la contamination.
Lors de son entretien avec les confrères de Var Matin, Sœur André affirme qu’elle ne s’était même pas rendue compte de l’affection. Cependant, presque tous les pensionnaires ont été affectés en début de cette année 2021. La statistique montre que 81 résidents sur 88 ont été affectés par le coronavirus. 10 d’entre eux ont perdu la vie et les restes sont actuellement guéries des symptômes. Le bilan est néanmoins prometteur pour le cas de l’Ehpad, comme le montre d’ailleurs, le rétablissement miraculeux de Sœur André. Rappelons que les personnes âgées font partie des catégories de personnes vulnérables au coronavirus.

Sœur André n’était pas inquiète de sa maladie

Selon le rapport de la Voix du Nord, David Tavella, porte-parole de l’établissement à Toulon affirme que la doyenne des Français et des Européens ne paraissait pas inquiète lorsqu’elle a appris sa contamination. En sus, elle n’avait extériorisé aucun signe d’affolement. “Elle ne m’a pas posé de questions sur sa santé, mais sur ses habitudes”, affirme-t-il. Puis d’ajouter qu’elle souhaitait simplement connaître si ses heures d’aller au lit et du repas vont être modifiées. Pa contre, elle était soucieuse des autres pensionnaires dans l’Ehpad. Lors de son entretien avec le Parisien le mois de janvier, David Tavella annonçait que Sœur André s’était isolée des résidents et elle était toujours dans sa chambre après avoir été informée de la vague de contagion dans le centre pour pensionnaires. Le porte parole a ajouté qu’“Elle prie beaucoup et garde bon appétit”. De plus, la centenaire profite du système d’appels via visioconférence pour passer des coups de fil réguliers avec ses proches, en plus des nombreux courriers qu’elle reçoit des gens des quatre coins du monde.

Elle reste branchée aux actualités  en écoutant la radio, pour suivre les informations et les évolutions de la maladie. “Elle est surtout inquiète pour les nouvelles générations car, de son côté, elle en a connu beaucoup, des épidémies et des guerres”, affirme-t-il. Puis de rappeler que la religieuse née en 1904, était presque une adolescente lors de la Première Guerre mondiale.

A quelques jours de ses 117èmes  anniversaires

La doyenne des Européens a vécu un parcours exceptionnel qui représente une vie bien remplie. À ses 12 ans, elle œuvrait en tant que gouvernante pour un médecin marseillais et elle prenait soin des enfants. Quatre ans plus tard, elle devenait institutrice à Paris et travaille pour des familles riches, notamment la famille Peugeot et d’autres familles de renom. Lorsqu’elle avait 40 ans, elle a intégré les Filles de la charité qui est une congrégation religieuse créée en 1633. C’est là qu’elle devient Sœur André, pour rendre hommage à son frère disparu.

La femme de 116 ans est désormais considérée comme la seconde personne la plus âgée dans le monde. Kane Tanaka, une Japonaise âgée de 118 ans est à la première place. Elle soufflera ses 117èmes bougies le jeudi 11 février.

Le message de Sœur André pour tout le monde : “Qu’ils gardent espoir”

A deux jours de son anniversaire, Sœur André, aveugle depuis quelques années et assise en fauteuil roulant a accepté de répondre à un appel du Parisien pour relater l’épreuve qu’elle venait de parcourir dans sa vie. Lors de sa prise de parole, elle affirme que ce n’était pas du tout plaisant de rester isolée dans une chambre de 12 m2. Toutefois, elle a adressé un message important qui est de rester patient. “J’ai prié pour la jeunesse et j’ai patienté … Qu’ils gardent espoir, se bagarrent, luttent pour guérir et donnent l’exemple”, affirme la centenaire aux victimes de la pandémie, comme elle.

Sœur André dévoile qu’elle ne souhaite pas devenir une charge supplémentaire aux personnes qui prennent soin d’elle. “Ça ne me plaît pas”, affirme-t-elle. Néanmoins, elle pourra se confier à l’abnégation et à l’affection venant du personnel qui lui assiste pour retrouver le sourire au moment de cette célébration. Ainsi, son dessert favori: une omelette norvégienne sera au rendez-vous. Sœur André aura tout de même l’opportunité de parler à ses petits-neveux et à ses arrière-petits-neveux par un appel en visioconférence, avant d’aller à la messe et de passer ensuite au déjeuner. C’est un événement joyeusement attendu par les responsables de l’établissement qui veulent bien lui rendre hommage après cette épreuve ardue qui a porter atteinte à la vie des pensionnaires.

Partagez dans vos réseaux sociaux!

Send this to a friend